A l‘ombre du Château Boucicaut

Source : http://christianbenilan.wifeo.com/

A l‘occasion de la sortie du livre « A l‘ombre du Château Boucicaut », une exposition relatant la saga de ce bâtiment qui fit la renommée de Fontenay-aux-Roses est organisée à la mairie. Retour sur une légende qui règle encore sur la ville

Du Bon Marché jusqu‘à Fontenay

Source : WikimediaDerrière l‘aventure du Château Boucicaut, il y a celle de l‘homme d‘affaires Aristide Boucicaut, et de sa femme, Marguerite. Si le nom n‘évoque plus guère qu‘une station de métro pour bon nombre de Parisiens, il est cependant bien connu des employés de la rue de Sèvres… En effet, Aristide Boucicaut est l‘un des fondateurs du grand magasin Au Bon Marché !

Né dans l‘Oise, il gagne Paris en 1829 où il est simple marchand ambulant. Durant les années 1830, il devient vendeur en magasin et rencontre celle qui deviendra Madame Boucicaut, Marguerite Guérin. En 1845, suite à un licenciement, il rejoint une nouvelle boutique créée les Frères Videau : Au Bon Marché. En quelque années, sa bosse du commerce le fait passer de simple vendeur à associé. Sous son impulsion, le Bon Marché se transforme et devient le premier « grand magasin » à la parisienne. Il favorise une clientèle plus féminine, organise les étalages selon le «libre toucher», propose des ventes promotionnelles préfigurant les soldes. Le Bon Marché grossit de plus en plus. En 1869, il fait appel à l‘architecte Louis-Charles Boileau et à l‘ingénieur Gustave Eiffel – le nom vous est familier ? – pour construire les bâtiments du Bon Marché existant tels qu‘ils le sont aujourd‘hui.

Mais Fontenay dans tout ça ?

Source : Delcampe.netBoucicaut fait fortune grâce au Bon Marché et son sens du commerce. Soucieux de se ménager du temps, si possible agréable, Aristide Boucicaut cherche un lieu de villégiature pour sa famille. C‘est à Fontenay-aux-Roses qu‘il choisit de s‘établir en 1860, en achetant des parcelles dans la Grande Rue, près de l‘église. Il s‘implique beaucoup dans la vie locale, achète de nouvelles parcelle, devient conseiller municipal… Il est même élu maire en 1871, mais refuse le poste. En 1877, Aristide Boucicaut meurt, laissant les terrains à sa veuve.

Cependant, Marguerite Boucicaut ne quitte pas Fontenay. Elle se consacre même entièrement à sa propriété et entreprend la construction d‘une villa, dont elle confie la réalisation à… Louis-Charles Boileau,l‘architecte du Bon Marché. Il devient vite passionné par le projet, cherchant à créer une oeuvre artistique autant qu‘une maison. Les travaux s‘étalent sur 18 mois, entre 1879 et 1881. Le résultat est à la hauteur de toutes les espérances. Occupant une surface de 600 m²; le bâtiment compte 4 étages. Au rez-de-chaussée, les salles de réception : grand et petit salons, salle de billard… Le premier étage est l‘appartement privé, le second étage compte 11 chambres pour les invités, et 6 autres chambres pour le personnel dans les étages supérieurs. Un soin tout particulier est accordé à la décoration : tapisseries, marbres, peintures historiques et fresques dans les salles de réception, acajou, cuivres réalisé par le maître Christofle… Sur la façade, un fronton décoré représente des anges dans des tresses de roses. Tout est parfait jusque dans les détails pour cette villa qui sera très vite surnommée le «Château Boucicaut».

Une triste fin pour le Château Boucicaut

Source: Mairie de Fontenay-aux-RosesA la mort de Marguerite Boucicaut, en 1887, elle lègue sa propriété à la ville de Fontenay-aux-Roses, afin d‘être transformée en maison de repos pour les employés du Bon Marché. Las, son souhait n‘est pas exaucé, et le terrain passe de main en main, jusqu‘en 1954, où il est décidé de raser le Château Boucicaut pour construire des logements. Une ère s‘achève à Fontenay-aux-Roses

Pour apprendre toute l‘histoire de cet incroyable bâtiment, qui a laissé sa trace dans l‘histoire de Fontenay, rendez-vous à la Mairie pour découvrir l‘exposition ou en librairie pour vous procurer le livre « A l‘ombre du Château Boucicaut».

Informations
Exposition « A l’ombre du Château Boucicaut », du 6 juin au 6 septembre 2014
Mairie de Fontenay-aux-Roses
75 rue Boucicaut

Le livre «  »A l’ombre du Château Boucicaut » est publié aux Editions Sutton. Il est en vente en librairie et à l’exposition au prix de 21€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>